Daniel Decot

Je suis un photographe basé à Mons (Belgique).

 

Ma recherche ? ... Avant tout, réaliser une photo simple, la plus simple possible, et révéler l'humanité de chaque personne.

 

J'aime photographier à domicile pour les situer dans leur environnement.

Je privilégie le relâchement, le lâcher-prise pendant une séance.

"Ne rien faire !"

Pas de poses, pas de jeu d'acteur mais juste un regard, une présence, l'esquisse d'un geste, d'une pensée.

Pas de mise en scène spectaculaire provoquant des sentiments extrêmes mais une atmosphère laissant deviner une émotion discrète, un non-dit, un non-montré, qui tend à révéler un instant indicible, une subtilité bien loin des images fracassantes.

Pas d'étalage ou de transgression.

Il s'agit de suggérer l'intime et non pas de le voler.

Pas de message.

Juste le rendu d'une ambiance, un dialogue entre visage et lumière, entre corps et décors.

Au centre: l'humain.

Pas un super modèle attendant d'être transformé, amélioré, photoshopé.

Un regard bienveillant de ma part, un moment d'introspection de la leur, des instants partagés.

Une rencontre.

Et un portrait.

Pas une photo de mode qui effacerait particularités, personnalité, identité.

Ma démarche sur une certaine neutralité accentue le mystère, crée des images impressionnistes laissant le spectateur imaginer sa propre histoire ...

 

La forme

J'essaie de m'éloigner d'un réalisme trop cru qui ancrerait mes photos dans un typage social ou psychologique et tends plutôt à m'approcher du réalisme poétique des films des années 30-40 (Renoir, Carné/Prévert) et la transfiguration du réel.

En travaillant uniquement en lumière naturelle et en intérieur, mes photos oscillent entre deux mondes :

Celui du Noir & Blanc contrasté, proche de l'expressionnisme allemand qui dramatise l’espace, lieu du clair-obscur où les visages et les corps zébrés d'ombres et de lumières s'y cachent ou s'en échappent.

Et un autre monde en demi-teinte, une zone de lueurs diffuses, un sfumato dans la gamme subtile des gris où l'individu y trouve sa place, s'y fond tout en douceur.

Dans les deux cas, je me laisse guider par le lieu et le moment, et l'espace du quotidien devient un entre-deux suggérant un temps en suspens.

 

Ici et maintenant

Le séance photo n'est jamais préparée à l'avance.

L'imprévu du lieu, ses contraintes au niveau de la lumière, ses difficultés parfois, m'obligent à faire avec, à mieux regarder, mieux écouter, pour composer ma photo avec ce que je découvre sur le moment-même.

Plutôt que d'instant présent, j'aime parler de lieu présent. Un lieu vivant qui veut lui aussi raconter son histoire.

 

Dé-Voiler / Dévoiler (Se mettre nu /se mettre à nu)

Un visage, un regard, un corps, une pièce.

Une fois qu'ils ont enlevé leurs vêtements, épluché leur corps d'une identité sociale, il y a là, devant nous, des femmes, des hommes, face à eux-mêmes, exposés dans ce qu'ils ont d'essentiel, révélés, comme un papier photosensible laissant apparaître soudain ses mystères dans le secret de la chambre noire.

Un lien de parenté avec les personnages des toiles d'Edward Hopper, solitaires et mélancoliques, silencieux et tout entier à leurs pensées, figés dans l'attente, cachés et exposés, forts et fragiles, nus, dessinés par la lumière d'une fenêtre qui suggère la possibilité d'un ailleurs infini juste de l'autre côté ...

 

Et toujours, en zigzaguant des artistes aux bikers, des boxeurs aux geeks, des personnalités aux anonymes, .... essayer de montrer à travers nos différences ce qui nous rassemble et mettre à jour, à travers le grain de nos peaux, nos identités et nos ressemblances car j'aimerais que le spectateur, plus que regarder ces personnages, soit amené à voir leur humanité.

 


 

I am a Belgian Photographer based in Mons.

My quest ? ... Foremost, catch a « simple » picture, the simpler the better.

 

I like capturing real people in their home place -so they feel more at ease since evolving in their environment- more than make pictures with posing supermodels wishfully transformed, enhanced, photoshoped.

I prefer the release during a session so I give privilege to loosening over acting.

« Don’t do, don’t act, don’t pose, do nothing », no drama effect but just a look, a presence, the raw drawing of a gesture, a growing thought.

An intense yet discreet emotion, nearly mute and blind which tends to reveal a true moment, unutterable, subtle and far away from bashing clichés, sensationalism and other perfect portrayed picture og the fashion world.

No show off, no distortion. No voyeurism. No transgression.

End purpose being to suggest intimacy and not to steal it from the subject.

No Message.

A meeting, some shared instants.

A caring look from my ends. A deeper look on the inside from yours.

My approach based on a certain neutrality emphasizes the mystery, creating impressionistic images leaving to the audience the possibility to picture its own story.

 

The shape.

Whilst keeping classic, I try to stay away from true crude realism to avoid anchoring my pictures in a social or psychological typology and continuously stretch to reach a poetic realism alike the one of the 1930’s- 40’s movies (Renoir, Carné/Prévert) and their transfiguration of the reality.

Working with natural daylight and inside, my pictures swing between two worlds :

That of a contrasted Black & White alike the one of the German expressionism movement which affects space dramatically, some Chiaroscuro from which faces and shadow-striped bodies strive to hide or escape.

And another tainted world, a zone with diffuse and glowing light, a Sfumato in the subtle gray scale where individual finds their way, eventually melting within.

In both cases, the day-to-day ceases to exist, the momentum suspends its time.

 

Here and now.

I always go shooting unplanned, adapting to the environment and its unexpected circumstances. The light conditions, the room constraints are of interest to me and force me to cope with all contingencies, composing my picture on the exact moment.

More than a present instant, I prefer mentioning a present space.

A place does live, tells stories, as important to me as the one of the person living in.

 

Unveil / Reveal (St rip naked / Get a bare)

A face, a look, a body, a room.

Once they have taken their clothes off, pealed their skin off their social ID, there is just there, in front of us, of then, women, men, exposed in their true essence, as smooth as when photo sensible paper lets mysteries show in the redish ambiance of the dark room.

My personae have a link with those of Edward Hopper’s paintings, for being solitary, melancholic, mute and wholly-engrossed in their thoughts, locked within, alone, nude facing a window letting the light floating in and suggests the possibility of an infinite world lying behind, on the other side.

And like always, wriggling from famous artists to anonymous people, swinging from boxers to geeks, oscillating from straight managers to tattooed bikers, …trying to suggest what unites us in our differences, and shedding light on our identities and resemblances through our skin grains, up to the most intimate as I would like that the audience seizes the humanity beyond the characters.

 

"L'invitation" (émission télé)

Jeudi 11 Mai 2017

Emission de la RTBf consacrée à mon travail photo.

https://www.rtbf.be/auvio/detail_l-invitation?id=2209034


"HomeLike"

Jeudi 04 Mai 2017

 

Expo Photos

Vernissage le 4 mai 2017 à "La Vie est Belge" (40, Grand Place - 7000 Mons)

ensuite, expo visible jusqu'au 5 juin 2017.

https://www.facebook.com/events/1484054484960161/

 


"Sans titre"

Vendredi 03 Février 2017

Expo photos Daniel Decot / Barbara Dulière

Deux regards croisés sur l'artiste et sa place dans la société.

du 3 au 19 février 2017

"Espace Ockeghem" (Tour de la Ville) Grand Place, 7330 Saint-Ghislain

https://www.facebook.com/events/1845003589091255/?notif_t=plan_user_associated¬if_id=1483609702801532

 

 


Publication dans "Modellenland Magazine"

Samedi 03 Septembre 2016

11 pages avec photos et interview dans le magazine néerlandais:

https://www.yumpu.com/nl/embed/view/Hy8tRlGQfNnUhxbM

(de la page 156 à 167)


Expo "Boxeurs"

Mercredi 01 Juin 2016

prochainement, à Namur.


"Encre" (Expo photos Tattoos)

Samedi 05 Mars 2016

"Encre", expo photos de tatoué(e)s.

 

A "Cry Baby Tattoo Studio", avenue du Régent n° 2 à 7011 Ghlin (Mons).

Vernissage le 5 mars 2016 dès 20h - Jusqu'au 9 avril 2016.

 

Puis à la Convention Tattoo de Lille (Le Grand Palais - Lille - juin 2016)

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10208471509006497&set=a.1491495848603.65452.1270220986&type=3&theater

 

Enfin, lors de la finale "Miss & Mister Tattoo 2017" à l'Atomium / Bruxelles le 4 mars 2017.


Triennale de la Photographie de Mons

Lundi 15 Juin 2015

Il y a quelques mois, 15 de mes photos ont été sélectionnées par un jury et ont été exposées lors de la fête d'ouverture de Mons Capitale Culturelle 2015 le 24 janvier dernier (photos toujours visible dans Mons jusqu'au 31 décembre 2015).

Aujourd'hui, une de mes photos a réçu le "prix du public" et sera exposée lors de la Triennale de la Photographie de Mons à partir du 19 juin (Ateliers de la FUCAM, rue des Soeurs Noires, 2 à 7000 Mons).

https://www.facebook.com/DanielDecotPhotography/photos/a.886433944735710.1073741828.886425538069884/899431976769240/?type=1¬if_t=like

 

 


Expo "Hors-Cadres"

Jeudi 16 Avril 2015

 

Daniel Decot, photographe, Jean-Sébastien Moury, peintre et Sal Moriarti, auteur, ont réuni leurs travaux dans cette expo commune "Hors-Cadres", mais aussi décidé de collaborer en créant conjointement quelques œuvres.
Leurs univers, apparemment éloignés, très classiques ou très instinctifs, se mélangent, se complètent pour révéler une même préoccupation : qu’y a-t-il hors cadre ?

- Les regards des personnes photographiées par Daniel Decot, modèles décentrés, « coupés », induisent qu’il y a autre chose que ce que le cadrage nous montre.
- Cet espace manquant, imaginé et dessiné par Jean-Sébastien Moury toujours à l’affût de mélanges iconoclastes, nous le dévoile.
- Sal Moriarti apporte son interprétation et ouvre un espace intérieur en ajoutant à quelques photos une pensée où se perdrait la personne photographiée.

VERNISSAGE le vendredi 3 avril dès 19h | Toujours à la manière du collage réunissant des artistes venus d’univers différent, 3-Quarter (Clovis Lebailly, Jordan Leclecq) nous proposeront le mix improbable d’une cornemuse, d’un djembé et d’un slameur. DES 20H!
EXPO OUVERTE du 3 avril au 2 mai 2015.
Tous les SAMEDIS, "Le sofa": Daniel Decot fait le portrait des visiteurs de l'expo.

 

https://www.facebook.com/events/807493592669996/